De Beaulieu sur Mer à Genova

Mercredi dernier jour ou dernières heures en France. Nous sommes bien reposés pour attaquer la traversée de la Principauté de Monaco et heureusement. Nous suivons les conseils de notre hôte et longeons la mer plutôt que de contourner Monaco. Bilan: 7 Porsche, 3 Jaguar, 1 Bentley et on ne sait combien d’énormes berlines. Par contre tout ça ne sait pas conduire, 1/2 tour au milieu de carrefour, queue de poisson,taillage de short de cyclistes en tandem en plein effort …, la police n’arrêtait pas de mettre des contraventions. Nous passons Menton où la mamie de Chacha a passé son voyage de noce en novembre 1951 (spéciale dédicace). On enchaine avec le passage de frontière, où l’armée nous accueille avec une plume sur la tête et sans préparation psychologique on nous envoie dans un tunnel. Sur la route nous recherchons les options bivouac, mais c’est soit grimper la montagne, soit plonger dans la mer, soit proprieta privata, soit camping fermé, c’est un échec, ce sera agroturismo à Valleresio.

Après un petit dèj italien, nous reprenons la route et croisons énormément de cyclo-sportifs sur une ancienne voie ferrée transformée en piste cyclable. Elle longe la mer et nous traversons de beaux tunnels, on kiffe (oui on kiffe). Nous passons San Remo pour les cyclistes, il y a du vent, et quand il y a du vent la mer a des vagues, et quand la méditerranée a des vagues, il y a des Brice de Nice, et oui on a croisé des surfeurs qui se débrouillaient pas mal dans ces petites (micro) vagues. Comme tout est très urbanisé ou falaise à pic dans la mer, au point qu’il est même difficile pour Chacha de trouver des coins pipi, nous optons pour un petit camping à San Bortolomeo. Sympathique mais les douches chaudes sont chronométrées à 3min, heureusement à cette époque on a le droit à plusieurs essais (et il y a des chauffes serviettes !!!!).

Nouvelle journée, pas beaucoup de photos mais beaucoup de souvenirs. Notre départ un peu tardif, venteux, et avec jolie vue sur la mer et ses nuages. Nous roulons bien, passons une grosses route qui fait toujours stresser Chacha (Charlène a un problème avec le vent associé aux bas côtés). Puis quelques gouttes de pluies, s’enchainent quelques petits grêlons, un office du tourisme nous à indiqué une ville où on devrait trouver un camping ouvert. Nous arrivons donc à Finale Ligure et son camping, San Martino. On trouve les panneaux indiquant sa direction et son ouverture toute l’année, un dernier panneau indique qu’il est à 5km et qu’il faut tourner à gauche, mais où à gauche? Nous demandons à un monsieur (d’un certain âge), il nous indique la route, nous emmène au départ de la route, nous dit que ça monte beaucoup, que c’est à 3km , et décide que Damien ne comprend rien à ses explications. Nous commençons à grimper, et c’est vrai que ça monte, de plus il se met à neiger, nous grimpons, suivons les indications du monsieur, ne pas prendre les routes qui redescendent (pfff ça monte vachement quand même), passer les villages, puis les maisons, mais les kilomètres défilent. Nous commençons à douter sous la neige, et ne croisons personne, trouvons des tas de coins pour bivouaquer, mais une maison n’est jamais très loin et c’est toujours propriété privé. Une voiture sort d’une maison, nous saisissons notre chance pour avoir des infos si il existe bel et bien ce camping. Et oui nous ne sommes plus très loin, il existe même un raccourci, mais n’ayant pas bien compris les explications de la dame (comme quoi Charlène non plus ne comprend pas tout) nous prenons la route principale toujours sous la neige. Nous arrivons au camping 11km après avoir demandé au vieux monsieur.

Le lendemain sous les conseils du gardien du camping (qui a pitié de nous et nous offre les nuits) nous restons sous la tente, il y a beaucoup trop de vent et des averses de neige/pluie bref ça caille, merci les sacs de couchage. Notre voisin en Van inquiet de ne pas nous voir sortir de la tente, vient prendre de nos nouvelles et nous dit que l’on a bien fait de ne pas bouger car lui même a eu du mal à tenir son Van sur la route.

Nous ne regrettons pas notre journée de repos forcée car la descente nous donne une magnifique vue sur la mer et les montagnes enneigées. Arrivés en bord de mer, cette fois ci nous croisons des troupeaux de cyclo sportifs (on est dimanche) bizarrement ils sont tous dans le même sens: vent dans le dos. Un rebelle vent de face, nous indique une piste cyclable nous évitant des ascensions inutiles. Et heureusement qu’on la cherchait cette piste car nous ne l’aurions jamais trouvée (en même temps qui cherche trouve), il faut dire que le départ est bien caché. La journée est agréable malgré le petit vent de face, nous arrivons facilement à Genova, en tout cas dans l’agglomération car pour le « centro » c’est une autre paire de manches. Nous suivons les indications « centro » passons un petit tunnel et … bam nous sommes sur une 2×3 voies ! Première sortie d’urgence (juste après le tunnel), Chacha est servie: ça c’est une GROSSE route! Nous prenons une piste cyclable qui longe cette 2×3 voie et fini par nous y ramener, demi tour, traversée de zone commerciale, pause réflexion maps.me, reprise de route, re piste cyclable, re piste cyclable barrée, re demi tour … enfin bref nous arrivons dans la vieille ville. Dans le « centro » trop facile ( 😉 ), piste cyclable, piste barrée, demi tour, tunnel 1, tunnel 2, énorme rond point, 2 flics … et si on demandait notre route ? (sûrement une pointe de fierté à l’italienne de ne pas avoir demandé avant). En 2 min à pied nous y sommes! Plus qu’à monter le tandem au premier étage après 72 kms et même pas mal aux jambes (pas encore on est trop fatigué).

Merci à nos italiens préférés de Chambéry pour les Ciao à longueur de journée qui nous permettent de différencier le « ciao » italien du « ciao » étranger sur le vélo et pour les conseils de route.

 

 

 

 

 

3 réflexions sur “De Beaulieu sur Mer à Genova

  1. Christel baudry 3 décembre 2017 / 20 h 55 min

    Cc Damien et ta chacha
    C’est un plaisir de vous lire !
    Je suis admirative , continuez de me faire rêver
    Soigné fort

    J'aime

  2. Véronique Dupré 3 décembre 2017 / 21 h 29 min

    Je m’en doutais.. Galères d’orientation, de froid et de vent…
    Suis bien contente de vous lire enfin… Ça m’a semblé une éternité… Va falloir que je m’y fasse…
    Merciiii pour ces récits, pour ces photos, que du bonheur 🙂
    Je vous embrasse de tout mon coeur

    J'aime

  3. Sylvie Lambert 4 décembre 2017 / 9 h 38 min

    Merci les voyageurs pour vos recits et vos photos j aime beaucoup des bises bonne continuation et bonne conduite

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s